Restons en contact

Abidjan - Cocody 2 Plateaux les Vallons - Côte d'Ivoire

N'hesitez pas à nous appeler !

Jin et les membres de sa communauté étaient tombés dans une certaine routine. La persécution digitale qui sévit en Chine les a réveillés.   

Le pasteur Jin (pseudonyme) le constate lui-même: sa vie spirituelle était tombée dans une certaine routine. Ce chrétien chinois raconte comment les épreuves de ces dernières années l’ont fait sortir de sa zone de confort. Il avoue volontiers aujourd’hui: 

«Je suis devenu un autre homme. Mais sans ce qui s’est passé ces dernières années, mon ministère aurait stagné et notre groupe n’aurait jamais autant grandi.» 

Jin fait allusion au durcissement de la législation et à l’utilisation du numérique pour surveiller les chrétiens.

Sous surveillance

Depuis 2018, les nouvelles lois religieuses sont appliquées avec rigueur par le parti communiste. Elles ont renforcé la persécution, entraînant des destructions d’églises et l’incarcération de nombreux chrétiens. Les autorités ont proclamé la nécessité de «guider activement les religions afin qu’elles s’adaptent à la société socialiste.» Elles sont passées des paroles aux actes, en décidant de faire éditer une nouvelle «bible» compatible avec leur idéologie. Et en lançant un programme de surveillance vidéo, avec des millions de caméras dotées de logiciels de reconnaissance faciale. Jin a vite compris que lui et ses paroissiens étaient désormais surveillés de près. Il commente: 

«Je figure dans leur base de données et je suis “reconnaissable” chaque fois que je passe devant une de leurs caméras dans la rue, dans un centre commercial, dans un train ou en entrant dans une maison.»

Un soir, un groupe de croyants de l’église de Jin a organisé une rencontre d’information sur la foi chrétienne. La police a débarqué peu après pour les arrêter. Ils ont été libérés, sauf Jin, qui a été emmené au poste. Il était le leader, à punir pour envoyer un message fort au reste de la communauté. «Je suis resté en garde à vue plus de dix jours et on m’a interrogé à de nombreuses reprises sans quand je puisse contacter ma famille ou mes amis», raconte-t-il. 

«À nouveau vivants»

L’isolement a été terrible pour Jin; une véritable torture. Pour combattre cette souffrance, il priait beaucoup et chantait des chants d’adoration. Lors de sa libération, tout est devenu clair. «La rhétorique que nous avions entendue, ma garde à vue et tout ce qui s’est passé dans ma cellule a pris un sens: une nouvelle purification de l’Église a commencé!» Auparavant, la situation était trop «confortable». 

«Le désir de se réunir pour l’adoration, la lecture de la Bible et la prière était éclipsé par la force d’attraction du travail, de l’argent et des divertissements. Nous nous bercions d’une sécurité trompeuse…», explique Jin. Tout a changé avec le retour de la persécution. Le climat politique est devenu si oppressant qu’il ne laisse plus de place à la tiédeur spirituelle. Les croyants qui étaient trop accaparés par leur confort et leurs petits soucis quotidiens ont mûri. Avec ce temps d’épreuve, Jin et ses paroissiens ont changé de priorités. «Nous prions beaucoup plus les uns pour les autres. Nous revivons une communion fraternelle d’une grande richesse et des miracles se produisent à nouveau», résume le pasteur.

Aujourd’hui, Jin est convaincu que l’Eglise grandit à cause même de la persécution et il s’en réjouit: 

«Nous sommes à nouveau vivants: nous grandissons et nous préparons les gens pour le royaume de Dieu.»

Un nouveau départ qui redonne espoir à ce pasteur, et qui le rend profondément confiant en l’avenir. 

Portes Ouvertes

Share:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.