Restons en contact

Abidjan - Cocody 2 Plateaux les Vallons - Côte d'Ivoire

N'hesitez pas à nous appeler !

Le Bureau des institutions démocratiques et des droits de l’homme (BIDDH) de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a lancé ses données 2020 sur les crimes de haine le 16 novembre, Journée internationale de la tolérance.

Le BIDDH collecte des données auprès des États, des statistiques gouvernementales, de la société civile, des organisations internationales et des missions du HCR et de l’OSCE.

La base de données sur les crimes haineux de l’organisation est « la plus grande du genre au monde . Il est mis à jour chaque année et comprend également des données sur la législation, les poursuites et les condamnations relatives aux crimes de haine, ainsi que les meilleures pratiques et ressources et outils pour soutenir les victimes ».

Qu’est-ce que le crime de haine ?

Selon le BIDDH, « les crimes haineux sont des actes criminels motivés par des préjugés ou des préjugés envers des groupes particuliers de personnes. Ils comportent deux éléments : une infraction pénale et un motif de partialité ».

“Un crime de haine a eu lieu lorsqu’un auteur a intentionnellement visé un individu ou un bien en raison d’un ou plusieurs traits d’identité ou a exprimé de l’hostilité envers ces traits d’identité au cours du crime”, ajoutent-ils.

Le rapport a examiné différentes catégories de crimes de haine : crimes de haine racistes et xénophobes, crimes de haine anti-roms, crimes de haine antisémites, crimes de haine anti-musulmans, crimes de haine anti-chrétiens, autres crimes de haine fondés sur la religion ou la conviction, genre crimes haineux basés sur la haine, crimes haineux anti-LGBTI, crimes haineux contre les personnes handicapées.

Crime de haine contre les chrétiens

L’instance européenne explique que les crimes de haine contre les chrétiens « sont influencés par un certain nombre de facteurs, notamment le statut de minorité ou de majorité sur un territoire donné, le niveau de reconnaissance de groupes religieux particuliers dans un pays donné, ou l’accent politique et médiatique sur ces derniers. groupes à un moment donné ».

« Les rapports du BIDDH sur les crimes haineux comprennent des rapports d’ agressions physiques et de meurtres . Graffiti et le vandalisme contre des lieux de culte, la profanation des cimetières et des incendies criminels attaques contre les églises sont quelques – uns des types de crimes plus communs motivés par parti pris contre les chrétiens », souligne le rapport.

980 crimes de haine contre les chrétiens signalés en Europe en 2020

Données : OSCE. Graphique : Observatoire de l’intolérance et des discriminations envers les chrétiens en Europe 

Par exemple, en France , les incendies criminels d’églises ont considérablement augmenté , et en Écosse, le problème est si grave que l’église reçoit maintenant un soutien financier, d’un fonds contre les crimes haineux, pour améliorer ses mesures de sécurité.

En plus des données, depuis 2004, « les décisions et déclarations du Conseil ministériel de l’OSCE ont inclus des engagements spécifiques et des références à l’importance de lutter contre les préjugés, l’intolérance et la discrimination à l’égard des chrétiens », indique le BIDDH.

980 délits en 2020

En 2020, le BIDDH a reçu un total de 7 181 cas de crimes haineux contre différents types de groupes et d’individus. 4 008 d’entre eux étaient des cas descriptifs et les autres étaient des données policières provenant de différents États membres.

Sur ces 4 008 cas descriptifs, 980 sont des crimes haineux contre les chrétiens, soit près de 25 %, plus que contre tout autre groupe religieux . Il y a eu une augmentation de près de 70 % en comparant le nombre d’incidents de l’année dernière au nombre de cette année.

980 crimes de haine contre les chrétiens signalés en Europe en 2020

Données : OSCE. Graphique : Observatoire de l’intolérance et des discriminations envers les chrétiens en Europe 

Cependant, un groupe de surveillance de la liberté religieuse sur le continent, l’Observatoire de l’intolérance et des discriminations contre les chrétiens en Europe (OIDAC), souligne que « seuls 11 pays rapportent des données sur les crimes de haine contre les chrétiens [..], et sur les 136 organisations de la société civile qui ont fourni des données descriptives, seules 8 organisations ont systématiquement signalé des incidents contre les chrétiens, de sorte que cela fausse évidemment les statistiques de manière significative ».

« Ces deux conclusions placent la réalité de la situation dans une perspective différente, ce qui indique que le nombre réel de crimes haineux contre les chrétiens est probablement bien plus élevé », ajoutent-ils.

E.F

Share:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.